LE PROJET DE LA "BIBLIOTHÈQUE NOSTRADAMUS"

 

par Mario Gregorio

 

Original italien :

 Nonostante abbiamo conosciuto eccezionali collezionisti quali l'abate Rigaux, Daniel Ruzo ed ricercatori del calibro di Brind'amour, Benazra, Chomarat, Guinard ed il qui' presente Halbronn, non siamo ancora riusciti a compiere quel primo semplice passo chiamato in filologia "recensio", infatti sino ad ora sono stati effettuati solo flebili tentativi di raccolta del materiale necessario per tale lavoro. Da parte mia ho cercato di contribuire a cio' proprio agli esordi del mio primo sito "propheties.it" dando un input alla ricerca tramite la preparazione e la pubblicazione on-line di una prima comparazione sistematica di alcune edizioni concernenti "le profezie", esattamente usando una edizione 1555 di Bonhomme, le due 1557 di Du Rosne, una 1568 di Rigaud, il Janus e le Pleiadi di Chavigny, devo ammettere che malgrado lo sforzo titanico di preparazione delle oltre 5000 immagine digitate, editate e plubblicate una per una i risultati sono stati molto sconfortanti. Infatti a causa del numero impressionante di edizioni e di varianti e la difficile reperibilita' delle stesse non si e' riusciti ad organizzare il materiale sufficiente per un confronto o come si usa dire di una "collatio codicum". Da qui' l'avvio a questo nuovo progetto di digitalizzazione che doveva comprendere la maggior parte delle edizioni ancora senza escludere a priori quelle di origine piu' moderna come quelle stampate, per esempio, esistenti delle profezie nel XVII secolo. Dobbiamo infatti ricordare che le divergenze tra i vari esperti Nostradamici non hanno consentito e non consentono ad ora una chiara definizioni di quali siano le edizioni piu' affidabili per iniziare un serio lavoro di ricerca. Da cio' possiamo dedurre che solo una comparazione adeguata e piu' ampia possibile delle numerose varianti saranno in grado di allestire uno stemma affidabile e passare alla sucessiva fase della "constitutio textus" per giungere, almeno si spera, dopo una "reductio ad unum" alla possibile o quantomeno probabile edizione omega cosi' come poteva essere stata concepita da Nostradamus. Attualmente il progetto e' in fase di ultimazione, ed entro l'estate dovremmo avere la possibilita' di vedere e comparare on line quasi tutte le edizioni esistenti. Contemporaneamente a questo progetto sto' sviluppando la trascrizione su foglio elettronico delle principali edizioni in mio possesso per meglio evidenziare ed agevolare il successivo lavoro di classificazione dei vari luoghi o "loci".

Traduction française de Mireille Petit

Bien que nous ayons connu des collectionneurs exceptionnels comme l’abbé Rigaux, Daniel Ruzo et des chercheurs importants comme Brind’amour, Benazra, Chomarat, Guinard et ici présent Halbronn, nous n’avons pas encore réussi à faire ce premier pas appelé en philologie « recensio », en effet jusqu’à ce jour l’on a effectué de faibles tentatives de regroupement du matériel nécessaire pour un travail de ce genre. De mon côté, j’ai essayé de contribuer à cette tâche tout au début de mon premier site ‘Propheties.it » en donnant une empreinte initiale à cette recherche par le biais de la préparation et de la publication en ligne d’une première comparaison systématique de quelques éditions concernant « les prophéties », exactement en utilisant une édition 1555 de Bonhomme, les deux 1557 de Du Rosne, une 1568 de Rigaud, Janus Gallicus et les Pléiades de Chavigny. Je dois admettre que malgré l’effort colossal de préparation des 5000 images digitales, éditées et publiées une par une, les résultats ont été décevants. En effet, à cause du nombre impressionnant d’éditions et de variétés et malgré le repérage difficile de celles-ci nous n’avons pas réussi à organiser le matériel suffisant pour effectuer une comparaison ou comme il se dit une « collatio codicum ». D’où le commencement de ce nouveau projet de digitalisation qui devait encore comprendre la majeure partie des éditions sans exclure a priori les éditions d’origine plus modernes comme celles qui ont été éditées, par exemple, existantes des prophéties du XVII ème siècle. Nous devons en effet rappeler que les divergences entre les divers experts Nostradamiques n’ont pas permis et ne permettent pas à ce jour une définition parfaite des éditions les plus fiables pour commencer un travail de recherche sérieux. De ce fait, nous pouvons en déduire que seulement une large comparaison adaptée aux nombreuses variétés seront en mesure de mettre en place un blason fiable et de passer aux phases successives de la « constitutio textus » pour parvenir, du moins l’on espère, après une « reductio ad unum » à une édition omega probable comme elle aurait pu être conçue par Nostradamus.

Actuellement, le projet est en phase terminale, et avant l’été nous devrons être en mesure de voir et comparer en ligne presque toutes les éditions existantes.

Avec ce projet, je suis en train de développer la transcription de mes éditions principales sur feuille électronique, pour mieux appréhender et faciliter le prochain travail de classification des différents lieux.

Commentaire de Jacques Halbronn

            J'ai eu, avec Mario Gregorio, début avril 2007, un assez long entretien vidéo à Londres en italien - avec un passage à la Bibliothèque du Warburg Institute [1] . Mario Gregorio est le responsable du site biblionostra.ath.cx (qui devrait passer sur TV Urania ( site abcart.fr) avec une traduction de Mireille Petit en voix off). Comme nous le notons dans notre étude sur GC "La Bibliothèque nostradamique Ruzo", il convient d'accorder une grande importance aux pages de titre. Pour Gregorio, le corps de l'ouvrage reste la priorité, ce qui se conçoit, d'où l'importance accordée aux variantes au niveau des quatrains en vue de quelque édition critique des Centuries.

            Gregorio a tendance à minimiser le problème de l'existence de deux séries de vignettes censées représenter Nostradamus en mettant cela sur le compte de la diversité des libraires. Quant au fait que les éditions Benoist Rigaud 1568 ne présentent pas Nostradamus comme "défunt" - puisque sa mort datait de 1566- Gregorio l'explique par le fait qu'il s'est peut-être agi d'une simple réédition d'un document paru du vivant du dit Nostradamus... Pour le bibliographe italien, le salut de la recherche nostradamologique devrait venir de l'augmentation du nombre d'éditions centuriques dépouillées, ce qui devrait finalement permettre de parvenir à un consensus entre spécialistes. Pour notre part, la question de l'établissement du texte centurique de référence passe au second plan, et nous nous intéressons prioritairement à l'établissement d'une chronologie critique du corpus nostradamique plutôt qu'à une édition critique partiellement tentée par Pierre Brind'amour [2] , à partir de l'édition Macé Bonhomme 1555, conservée à Vienne (Autriche), les variantes pouvant éventuellement servir à la mise en place d'une telle chronologie.

            Notons que TV Urania a mis en ligne un colloque sur Nostradamus que nous avions organisé et filmé en novembre 2004 avec la participation de Roger Prévost, Gérard Morisse, Theo Van Berkel, Yves Lenoble, Nocam, Eric Platel d'Armoc et Jean-christophe Pichon, un des fils de Jean-Charles Pichon. Nous mettrons en ligne prochainement une table ronde Nostradamus organisé en décembre 2000 avec Roger Prévost, Patrice Guinard, Isabelle Le Berre. Est également prévue la mise en ligne de cassettes audio d'une table ronde Nostradamus tenu en juin 1991, à Paris, dans la crypte de l'Eglise Sainte Anne, avec la participation notamment du regretté Pierre Brind'amour (mort en 1995) et de Jean Deweer. Rappelons que début 2003, année du cinq centiéme anniversaire de la naissance de Nostradamus se tint à la BNF, à Paris, un Colloque Nostradamus, qui a fait l'objet de deux CD-ROM, sous la direction de Jean Céard [3] avec la participation de Jean Dupèbe, Roger Prevost, Ivan Cloulas et d'une conservatrice de la Réserve de la BNF, Geneviève Guilleminot.



[1]  Haut lieu de la conservation de la littérature ésotérique , où nous avons été reçus par   François Quiviger - et où en 1984 nous j'avais suscité   un Colloque en Histoire de l'Astrologie, paru en anglais, sous la direction de Patrick Curry, en 1987 sous le titre Astrology, Science and Society). 

[2] .( Les premières centuries ou Prophéties, Genéve, Droz, 1996

[3] cf notre article sur Espace Nostradamus (site michel.nostradamus.free.fr)  "le décalage entre bibliographes et exégétes des Centuries"


 
Web www.grande-conjonction.org

accueil