www.GRANDE-CONJONCTION.org


25  JUIN-SEPTEMBRE 2008


Éditorial

 

Ce que parler veut dire

 

Revue
trimestrielle
d'anthropologie
sociale

NOTRE  PLATE-FORME

 

62e Colloque
MAU


Deuxièmes journées
Astro XIII


Novembre-Décembre 2008

Seconde journée:
vendredi 12 et samedi 13 décembre

VERS UNE REFORME
DE L'ENSEIGNEMENT
DE L'ASTROLOGIE


Lieu : Maison des associations
11, rue Caillaux. 75013 Paris
Entrée libre

Rubriques sous la
direction de
Jacques Halbronn

ENCYCLOPAEDIA
ASTROLOGICA

ESTUDES
NOSTRADAMIENNES




BIBLIOTHECA ASTROLOGICA


FONDS JUDAÏQUE

ARCHIVES
(anciens numéros)

SOMMAIRE GENERAL


GALERIE DU MAU

Les VIDEOS

Les   PHOTOS

 

LIVRES

PROMOUVEZ

ICI 

VOS OUVRAGES

 

LIENS
INTERESSANTS

   

La parole est à la fois le siège de la vérité et du mensonge.

Qu'est ce que mentir? Cela ne consiste pas simplement à dire des choses qui ne seraient pas "vraies" mais aussi et surtout à se faire passer pour ce que l'on n'est pas, en empruntant à autrui.

Le mensonge, c'est mentir sur soi-même et qui ne se fait pas passer pour ce qu'il n'est pas?

On peut tenir ainsi des propos parfaitement censés sauf que l'on n'en est pas l'auteur et qu'il y a donc, en quelque sorte, usurpation d'identité.

La lecture joue un rôle essentiel pour mener à bien de tels procédés. Très tôt, les enfants apprennent ce jeu consistant à faire semblant de savoir ce que l'on ne sait pas et à tenir des propos composés par d'autres tout en se les appropriant.

Les médias sont pleins de ces gens qui ne savent pas ce qu'ils disent ou du moins qui s'arrogent des connaissances qu'ils seraient bien incapables de restituer sans l'aide de l'écrit.

Savoir lire à voix haute, n'est-ce pas le gage de notre entrée dans le monde, même si cela fait de nous des clones? A contrario, ne pas savoir lire, c'est se protéger contre bien des tentations, c'est peut-être d'abord compter davantage sur sa propre mémoire, sur sa propre créativité. Car celui qui chante ce qu'a composé un autre n'est-il pas aussi engagé dans un trip mimétique?

Tout ce qui est facilement imitable favorise l'imposture et donc ce qui est inimitable, parce que difficile à reproduire, échappe à ce travers social. C'est ainsi que si l'on ne sait pas chanter, l'on ne pourra pas se faire passer pour un chanteur... Chanter a d'autres exigences que le simple fait de parler.

Mais que dire de ceux qui au lieu de s'exprimer avec leur seule bouche, qui est par excellence l'organe humain du son, recourent à des "instruments" de musique et pis encore à des enregistrements qui leur servent de prothèses?

Nous dirons que seule l'improvisation est gage d'une certaine authenticité, en ce qu'elle ne contraint pas notre corps à renoncer à une certaine authenticité intérieure. Car il ne faut pas tomber dans le piège de l'auto-plagiat, quand on ne cesse de se répéter soi-même, mot pour mot, intonation pour intonation.

La parole - au sens de tout son émanant de notre bouche qu'il soit ou non codifié - est avant tout l'expression de notre corps "central", et avant tout de notre souffle, de nos lèvres et de notre cerveau. Face à ce corps central, il y a un corps périphérique qui nous enchaîne à la machine et nous aliène et dont l'élément principal est constitué des mains avec lesquels nous écrivons et nous jouons d'instruments et avec lesquels nous applaudissons, comme si nous étions muets.

Il convient d'accepter de vivre sans la lumière du jour, dans une certaine obscurité, un clair obscur, une pénombre, ce qui empêche de lire et donc de se faire passer pour ce que l'on n'est pas et de se nourrir de l'autre au lieu de sécréter des pensées et des sons par soi-même. Paradoxalement, c'est la lumière qui favorise l'imposture d'une pseudo-parité alors que le crépuscule met fin à certains expédients. On trompe plus aisément le jour que la nuit, à condition, évidemment, que cette nuit ne soit pas troublée par des lumières artificielles.

Le langage des signes a été conçu pour les sourds muets - et le progrès technique - et cela a commencé très tôt - est généré par le handicap - et exige de voir. Autrement dit, la vue - qui mobilise bien au delà de la tête puisque c'est tout notre corps qui est capté par ce sens - est un palliatif à l'ouïe et à l'expression orale mais ce n'est qu'un palliatif qui ne saurait être l'axe central de la condition humaine, la vue c'est le stade du miroir (cf. la Dame à la Licorne). Nous ne sommes pas tant fait pour être vus que pour être entendus, pas tant fait pour prendre (apprendre, comprendre) que pour donner de nous-mêmes.

25.06.08

Jacques Halbronn

Ecrivez-moi, en précisant votre adresse e-mail,
si vous ne désirez plus recevoir le magazine.

 

 

SOYEZ LE SPONSOR
DU PROCHAIN NUMERO

AVEC VOTRE PUBLICITE

 

ENVOYEZ
VOS PROPRES
ARTICLES



TeleProvidence.com

le guide vidéo de la vie astrologique
la providence des astrologues

PARTICIPEZ
AUX DEBATS
AVEC VOS
COMMENTAIRES


POSEZ VOS
QUESTIONS


ENCYCLOPAEDIA ASTROLOGICA

Six orientations concernant une astrologie du XXIe siècle
I - L'infaillibilité des clients de l'astrologue en question
II - Multiplication des planètes et réduction du temps prévisionnel
III - Qu'est-ce que consulter en astrologie?
IV - L'astrologie, du brut au net
V - L'Astrologie victime de stagflation
VI -L'importance des déplacements pour la prévision astrologique
VII - Le coup d'oeil astrologique

La crise des pratiques
Le practicien et le pratiquant.
Jean-Pierre Rébillard réagit
J.-P. Rébillard ajoute
L'anamnèse et le facteur P.
Manifeste de l'Astrologie Centrale
L'astronomie sauvage et l'astrologie policée
La recherche astrologique et ses échecs:
de Kepler à Rudhyar
La prévision des tribulations en astrologie non divinatoire
Questionnements autour de l'écoute de l'astrologue
La prétendue solidarité des planètes du système solaire

LA VIE ASTROLOGIQUE

1.  62e Colloque MAU
Deuxièmes  Journées Astro XIII
Novembre-Décembre 2008
Seconde journée:

vendredi 12 et samedi 13 décembre
VERS UNE REFORME
DE L'ENSEIGNEMENT DE L'ASTROLOGIE


2. Souvenirs du milieu astrologique francophone
Les beaux jours du CIA

Lectures astrologiques

Nouvelle introduction à
"Les Mathématiques Divinatoires"


JUDAISME

1. Le cycle des diasporas
2. Israël et le devenir juif
3. Discussion en anglais entre J. Halbronn et Laura Miller
4. Future of a Secular and Humanistic Judaism

Anthropologie

1. Repenser l'ésotérisme au prisme du corps humain
2. Antoine Faivre réagit à notre texte
3. Socio-diversité et équilibre des pouvoirs
4. Langage et sifflement
5. La parole comme traduction
6. Le sifflement et les scénes ouvertes des squatts parisiens
7. La pesanteur des déterminismes masculin-féminin
8. Enjeux de la dialectique viande/légumes
9. Le chant et le sifflement face à la libido

MUSIQUE

La musique comme art de la nuit

Prophéties

La prophétie de saint Malachie

EPISTEMOLOGIE

Qui a la charge de la "preuve" en astrologie?

NOSTRADAMUS

1. Propos et réactions autour de mon post-doctorat sur Nostradamus
2. Le néo-nostradamisme source ou conséquence du centurisme?
3. Le rôle des interprètes dans la validation prophétique des centuries
4. Date de l'Epître à la miliade
5. Un quatrain post eventum
X, 39
6. Les deux éditions Antoine du Rosne 1557
7. Les avatars de l'édition centurique
8. Les éditions tardives et les éditions antidatées
9. Essai de présentation du corpus nostradamique
    Préliminaire:
- les positions Halbronn et Lemesurier sur les Centuries
10. Critique du nostradamus corpussien
11. Les quatrains anagrammiques disparus des centuries IV et VI
12. Le style de Nostradamus

 


Utilisez des mots clé pour trouver les articles de notre revue :
 
Web www.grande-conjonction.org

Avertissement : Les informations figurant sur le site WEB ou sur le bulletin envoyé par e-mail sont fournies gratuitement.
La Grande Conjonction ne garantit pas l'exactitude de ces informations et ne pourra être tenu pour responsable du contenu des sites présentés ainsi que des dommages directs ou indirects qui pourraient résulter de leur utilisation, notamment d'une perte de données ou d'exploitation. La Grande Conjonction est une marque déposée (c) 1985 - 2004. Tout droit de reproduction réservé.

La Grande Conjonction © 2004 - Tous droits réservés.
Contact :
Jacques Halbronn - 8, rue de la Providence - 75013 PARIS - 01 45 81 54 49