Le rendez-vous  "Antarés  2015"

 

par  Jacques Halbronn

 

 

            L'on sait que l'on nous annonce des échéances très graves en 2012 (cf  Barbara  Hand Clow. Le code maya, 2012 : la fin d'un monde. L'accélération du temps et l'éveil de la conscience planétaire,  Paris, Ed. Alphée-Jean-Paul Bertrand, 2007). Du côté des Centuries, d'aucuns prédisent la destruction de Paris pour 2017.... Nous sommes, pour notre part, réfractaires à toute prophétie apocalyptique ou du moins nous ne voulons pas y impliquer l'astrologie. Car pour nous,ce qui fait la force de l'astrologie, ce sont ses cycles à dimension humaine, et notamment l'alternance de rendez-vous tous les sept ans lors des conjonctions de Saturne avec l'une des quatre étoiles royales.

            Nous proposons à la communauté astrologique de travailler sur l'échéance  2015, qui correspond à la conjonction de Saturne avec Antarés. Et 2015 pourrait bel et bien devenir l'année d'une véritable réhabilitation de l'astrologie. Sept ans,  c'est à la fois peu et beaucoup!

            2015 est le rendez-vous que nous proposons que les astrologues donnent à leurs détracteurs. Non pas parce qu'il s'y passera alors des choses inouïes mais tout simplement parce que ce sera le théâtre de situations se présentant tous les sept ans et que cette fois la prévision sera présentée en bonne et due forme et en toute transparence, ce qui sera  une grande première pour l'Humanité en générale et pour les astrologues en particulier.

            Il faut absolument que le milieu astrologique trouve un consensus autour d'Antarés 2015, qu'il  s'y prépare, qu'il prépare ses clients, qu'il prépare les diverses instances.

            Il ne s'agit pas de se contenter d'une prévision passive où l'on attendrait que quelque chose de "fort" arrive mais de bien plus que cela! Il faudra            oeuvrer en pleine conscience.

            Nous préconisons plutôt de procéder à de la prévision active, c'est à dire d'exploiter au mieux les possibilités qui s'offriront à cette date de l'arrivée de Saturne à proximité de la longitude de l'étoile Antarés, de la constellation du Scorpion, autour de 9° Sagittaire (tropique), un des quatre angles du quadrilatère sacré.

            Par "prédiction active", nous entendons surfer sur la conjonction, parier sur ses effets et encourager tous ceux qui sont concernés par elle au premier chef à se préparer à sa formation. Nous pensons à ceux que nous qualifions de "saturniens 4 étoiles",  particulièrement réceptifs à ces conjonctions, comme doit l'attester la façon dont ils ont vécu les précédents passages.  Nous pensons à toutes les structures que nous appellerons '"impériales" et qui  comportent une certaine diversité en leur sein, ce qui est une faiblesse en face de disjonction car elles peuvent imploser mais une force  en ce qu'elles ont un potentiel d'expansion du fait même de leur ouverture.

            Autrement dit,  tous les astrologues devront préparer leurs clients, petits comme grands, à l'échéance Antarès 2015 si l'on définit  un astrologue comme un spécialiste de ces rendez-vous à sept ans d'intervalle et donc à sept ans de distance. C'est ce que nous avons aussi appelé le super-cycle.(cf article in Grande Conjonction)

            Est-ce à dire qu'il ne se passera rien d'essentiel d'ici 2015? Nous répondrons que s'il se passe quelque chose, cela ne relèvera pas de l'astrologie : il peut y avoir évidemment les effets d'un calendrier électoral dans tel ou tel pays.  Nous avons déjà dénoncé ce genre d'événement programmé sur des bases totalement aléatoires.

            Il peut y avoir les effets de la disjonction, à mi -parcours, à savoir le fléchissement dû à l'absence du signal conjonctionnel. Un exemple marquant est la chute du Mur de Berlin et le démembrement de l'URSS. Evenements majeurs certes mais pas inévitables. C'est de l'astrologie en creux, par défaut, par éclipse. Il serait abusif de parler, néanmoins, d'un effet astrologique si ce n'est par ricochet ou indirectement. Cela dit, l'astrologue peut mettre en garde contre le risque encouru en phase de disjonction mais un risque n'est pas un déterminisme et ce qui nous intéresse ici, ce sont les forces actives et non  les situations provoquées par  l'absence de signal.  On peut prendre des risques et qu'il ne se passe rien de sérieux. C'est jouer aux dés...

            On dira donc que l'Astrologie n'attend rien avant 2015 puisqu'elle est dans le discontinu et qu'elle a cessé d'être sur un qui vive permanent. Qu'elle cesse de crier sans cesse "Au loup!" oui qu'elle se mobilise chaque fois qu'il se passe quelque chose dans le monde, se hâtant de monter un thème pour 'comprendre" ce que cela signifie.

            Ajoutons que le projet Antarès 2015 ne souffre aucune autre attente. André Barbault n'avait pas  focalisé sur le seul cycle Saturne-Neptune. Que l'on se rappelle son indice cyclique, regroupant toutes les planètes lentes! Or, dans notre projet, nous n'adjoignons aucun autre cycle et nous le présentons comme ayant valeur universelle, et non limité à une région du monde particulière.

            Cela dit, dans notre travail prospectif, rien ne nous interdit d'étudier les effets à attendre d'Antarès 2015 sur tel pays, sur telle carrière, sur telle entreprise, en repérant les acteurs principaux du phénomène, à savoir les personnalités marquées par un Saturne Royal (par référence aux étoiles dites royales) et ce, sans référence, on l'aura compris, au thème natal.

            Un homme averti en vaut deux.  Ceux qui sauront se préparer au mieux à cette prochaine échéance pourront marquer, le moment venu, des points importants. Nous leur conseillons de mobiliser dans leur camp le plus grand nombre de saturniens royaux, ce qui en fera autant de moins pour leurs concurrents car c'est une denrée relativement rare.

            Certes, Regulus a satisfait nos prévisions mais malheureusement nous n'avons pas su  fixer suffisamment l'attention du milieu astrologique, outre le fait que nous avons beaucoup appris de ce qui s'est passé et va encore se passer dans les 12 mois à venir qui resteront encore fortement marqués par la conjonction Saturne-Régulus, en longitude, au tout début du signe tropique de la vierge, Régulus appartenant à la constellation du Lion.

            Une partie du travail sera rétrospective. Il s'agira de montrer les effets de l'astrologie 4 étoiles tout au long du XXe siècle et sur les siècles antérieurs, notamment autour de personnalités de premier plan.

            Car l'astrologie que nous préconisons est un étrange mélange d'astrologie mondiale et d'astrologie individuelle. C'est une astrologie du héros saturnien se mettant au service de telle ou telle cause. Sans ce héros, rien de marquant ne pourra se produire dans un lieu donné car il est le relais, la courroie de transmission.

            C'est une autre critique que nous ferons à l'encontre des travaux d'André Barbault, à savoir de présenter l'astrologie mondiale sans le relais des "héros". Or, sans ces intermédiaires entre le monde d'en haut et le monde d'en bas,  l'humanité reste extérieure au fait astrologique si ce n'est qu'elle le subit alors seulement là où ces personnages providentiels se trouvent., servant de traits d'union.  Si un pays est vidé de ses saturniens ou ne les a pas mis en position de donner le meilleur d'eux-mêmes, il risque fort d'être dominé par des voisins mieux pourvus.

            La conjonction fait gagner ceux qui ont su se créer et maîtriser  les réseaux les plus complexes, ce qui a pu entraîner des alliances surprenantes, des "rapprochements" imprévus, des compromis contre nature. A contrario, ceux qui s'en tiennent à des positions rigides risquent d'être balayés, du fait même des limitations qu'ils s'imposent.

             D'une façon générale, il nous faut constater une énorme gaspillage d'énergie, du fait d'initiatives intempestives, prématurées, d'impréparations, de fausses échéances. Que l'on nous comprenne bien : les hommes étant ce qu'ils sont, nous n'affirmons aucunement qu'ils ne tenteront rien d'ici 2015 mais que leurs actions ne se situeront pas dans le fil de l'Histoire mais à contre courant. Entendons par là que rien n'est plus éphémère que le combat contre les empires et cela vaut pour 1989 qui est en quelque sorte un "non événement", du moins à l'aune de l'astrologie.  En effet, l'astrologie n'est pas du côté des régionalismes ou de la multiplication à l'infini des subdivisions. Il y a certes, des moments où la pression supranationale fléchit, se relâche et cela tient à la disjonction. Mais fondamentalement, la conjonction est  impériale, c'est à dire qu'elle favorise le rassemblement et non la dispersion et le démantèlement, à moins que cela ne profite à une dynamique impériale. Tôt ou tard, l'entité qui s'est séparée se retrouvera inscrite au sein d'un autre empire si tant est qu'elle ne soit reprise en main par l'ancien à moins, évidemment, que cette entité ne développe, sous l'impulsion d'un saturnien, une dynamique impériale aux dépens d'autres entités.

            On aura compris que demander de jouer la transparence, c'est de préciser le plus possible le terrain de l'astrologie, ce qui dépend d'elle et ce qui n'en dépend pas. Que l'astrologie cesse une bonne à tout faire,   jour et nuit corvéable à merci, du genre SOS astrologie!

            Faites-vous donc  connaître si vous souhaitez  vous inscrire dans le projet Antarès 2015!           

 

JH

14. 09. 08

 

accueil