Nouvelles réflexions sur les domiciles et les exaltations

(en vue de la journée du 13 décembre 2008)

 

 

par  Jacques Halbronn

 

            Nous avons écrit (cf Grande Conjonction) que l'astrologie s'était constituée contre une pratique soli-lunaire et cela est manifeste dans le dispositif des domiciles et des exaltations qui place Saturne à l'opposé du soleil et/ou de la lune. En effet, Saturne est associé aux signes d'hiver, le capricorne et le verseau, en domicile et à un signe d'automne, la balance, en exaltation, alors que les luminaires sont liés à l'Eté, en domicile et au printemps en exaltation.

            On a déjà noté  que Saturne doit être mis en rapport avec le feu qui, selon nous, est le substitut hivernal du soleil. Les mois d'hiver sont représentés dans l'iconographie des Livres d'Heures avec une cheminée et des gens qui se  réchauffent à sa chaleur et qui mangent ce que le feu a permis de préparer. A contrario, en Eté, l'homme n'a pas besoin de feu. C'est donc, selon nous, un contresens de faire du lion un signe de feu: a-t-on d'ailleurs jamais vu un lion aimer le feu, s'en servir,  alors qu'il le craint? En revanche, en Eté, on prend l'air.

            On suggérera donc de considérer les signes de Saturne comme de feu et celui du soleil, comme d'air. Ce qui est exactement l'inverse de ce que la "tradition" nous enseigne.  Le feu est le propre de l'homme alors que l'air est une réalité plus universelle et qui ne se monnaie pas. En ce sens l'on peut dire que l'astrologie est ignée tandis que le monde soli-lunaire est aérien.

             Il n'est pas inintéressant de noter que l'on place la naissance de Jésus, au solstice d'Hiver, donc sous le signe de Saturne.(Noël: le 25 décembre, selon la réforme grégorienne de 1582) car Jésus est l'Homme (Verseau)  face au Lion. Si Saturne est du côté de l'Hiver, il se rapproche de Pluton/Hadés, dieu aussi marqué par le feu (de l'Enfer, c'est à dire le monde souterrain où l'homme hiberne) qui fait couple avec Cérès/Proserpine qui incarne l'Eté. On pourrait même dire que Pluton aurait du être le nom de la planète Saturne et l'on voit mal pourquoi ce dieu a tant attendu (jusque dans les années Trente du XXe siècle)  pour entrer dans les textes astrologiques.

            Il suffit de comparer Saturne et la Lune pour comprendre le progrès que représente le passage de la lune à Saturne, à savoir un an pour un jour. Saturne est en quelque sorte 360 fois plus lent que la Lune et donc il accorde à l'Homme une temporalité bien plus ample!

            En optant pour Saturne à la place des luminaires, l'Homme affirme vouloir trouver une autre lumière, celle du Feu qu'il peut tenir auprès de lui alors que Soleil et Lune sont hors de sa portée.

            D'ailleurs, le lion est un animal sauvage (mot qui vient de selva, la forêt, en latin), et le monde où le lion est roi n'est pas celui de l'homme. Le lion est par excellence l'adversaire de l'Homme, son rival parmi les animaux et durant la belle saison le lion a l'avantage.  En revanche, l'animal de Hadés, Cerbère, est le chien, l'ami, le gardien de l'Homme.

            Les Saturnales  fête qui précède l'arrivée du printemps, célèbre le renversement de l'ordre : ce qui était en haut (le maître) permute avec ce qui était en bas (l'esclave). Or, l'astrologie est une révolution, substituant Saturne au Soleil et à la Lune.

            On notera d'ailleurs que Jupiter, le maître de l'Olympe, a son domicile juste avant celui de Saturne, en sagittaire. Si l'on admet qu'il n'y a fondamentalement que deux saisons  séparées par les deux équinoxes, Jupiter est du même côté que Saturne, lui qui justement est associé à un signe de feu.

            En fait, du côté des six premiers signes (printemps/été) on ne trouve que des astres très rapides, le soleil, la lune, Mercure et Vénus qui imposent à l'Homme un rythme qu'il a souhaité dépasser. A contrario, les planètes les plus lentes sont domiciliées dans les signes d'automne et d'hiver, Mars étant domicilié en scorpion. On notera en passant que les planètes transsaturniennes sont toutes domiciliées, selon l'astrologie contemporaine, dans les signes d'automne (Pluton) ou d'hiver -(Uranus, Neptune). Une seule exception: les signes équinoxiaux qui font charnière : Vénus empiète sur l'automne, en balance et Mars sur le printemps, au bélier. En ce sens, c'est une erreur que de faire de Mars un astre du printemps  tout comme ce le serait de faire de Vénus un astre de l'automne. L'autre domicile de Mars est en scorpion (automne) alors que l'autre domicile de Vénus est en taureau (printemps)  Ainsi, c'est en automne que l'on tue le cochon, seul moment de l'année où l'on représente l'homme en train de tuer, dans les Livres d'Heures (ex celles du Duc de Berry, à voir sur Internet)

            Le trio Mars-Jupiter-Saturne correspond à un dépassement de l'ordre annuel solaire (révolutions sidérales  respectives de 687 jours, 12 ans, 28 ans). Il appartient bel et bien aux saisons  où la nature est en berne même si un travail souterrain s'opère (automne, hiver). 

            On dit d'ailleurs généralement que les derniers signes du zodiaque sont plus intellectuels, plus spirituels. Or, ils correspondent à ces saisons de l'automne et de l'hiver. Etrangement et probablement par erreur, l'Homme Zodiaque leur attribue des parties du corps assez peu cérébrales que sont les pieds, les jambes....(voir notre critique in Mathématiques Divinatoires, Paris, Trédaniel, 1983).

            Autre bizarrerie: le fait d'associer  la maison IV (fonds du ciel)  au cancer, signe d'Eté alors que la maison est un habitat hivernal. Ce faisant, on confère à tort au cancer des valeurs opposées à sa nature et de même, par voie de conséquence, au capricorne (maison X, Milieu du Ciel)

            L'astrologie, en vérité, n'est pas du côté de l'agriculteur qui ne jure que par le soleil et la lune et qui travaille essentiellement au printemps et en Eté, les deux autres saisons le réduisant à un chômage relatif. L'homo astrologicus est donc une créature de l'automne et de l'hiver, dont le feu est l'énergie privilégiée.  Ce feu qui permettra à l'Homme de préparer la viande dont il se nourrira, de préférence aux produits de la terre. Et cela est rappelé dans l'imagerie des mois du calendrier (pour l’automne et l'hiver), où le four (athanor)  et la cheminée (le foyer)  sont au centre des représentations.

            En fait, il nous semble bien que le dispositif des Dignités planétaires ne soit en fait qu'un commentaire du calendrier, associant les planètes aux saisons, les plus rapides au printemps et à l'Eté  et les plus lentes à l'automne et à l'Hiver. Il ne nous semble pas précisément pertinent de s'en servir pour étudier la force des planètes dans le thème natal (et encore moins dans le cas de la méthode des maîtrises). Il s'agit simplement avec ce dispositif d'une sorte d'organigramme dont il importe d'évacuer absolument la répartition traditionnelle des Quatre Eléments ou du moins de rejeter le commentaire habituel selon lequel le feu serait l'Elément par excellence de l'Eté, ce qui est un contresens gravissime.

            Il nous semble, enfin, qu'il faille ne pas accorder trop d'importance aux exaltations telles qu'elles nous sont parvenues: d'une part, on note que la lune précède le soleil en domicile alors qu'elle le suite en exaltation. Selon nous, le soleil est associé aux signes fixes de milieu de saison, donc au taureau et au lion. Quant à Jupiter, il semble exclu que l'on puisse le placer en cancer, signe d'Eté alors que les deux autres planètes '"extérieures" sont associées au capricorne, pour Mars et à la Balance pour Saturne. Il convient d'intervertir Vénus en Poissons et Jupiter en Cancer car Vénus ne saurait être exaltée dans un signe d'hiver, pas davantage que Jupiter dans un signe d'Eté. On nous objectera que Jupiter est déjà domicilié en poissons en domicile. Mais cette anomalie vaut également pour Mercure exalté en vierge et domicilié également en vierge. En supprimant l'exaltation de Jupiter en Poissons, l'on supprime la polarité Mercure Jupiter qui existe en domicile et en déplaçant Vénus du cancer vers les poissons, l'on  ne respecte pas la polarité avec Mars, exalté en capricorne. Il convient donc de rétablir Vénus exalté en cancer et Jupiter exalté en poissons.  C'est dire que l'astrologie actuelle a perdu un certain nombre de ses clefs. (sur la question des domiciles, voir nos Clefs pour l'Astrologie, Paris, Seghers, 1976, réédition 1993

            L'analogie entre les deux ensemble saisonniers et les deux ensembles de maisons est patente: l'axe équinoxial est comparable à l'horizon et l'axe solsticial à la polarité Milieu du Ciel (MC), Fonds du Ciel (FC). Le fait que les deux groupes de planètes se répartissent autour de l'axe équinoxial et non pas en quatre groupes, montre cette binarité et le fait que l'on distinguait clairement entre astres dont la vitesse n'excédait pas un an et ceux qui se situaient dans une cyclicité supérieure et que l'on associait aux saisons de déclin solaire. On reste surpris cependant par la numérotation actuelle des maisons qui place les premières maisons sous l'horizon et non pas, comme il conviendrait, au dessus de l'horizon, d'où les bizarreries signalées plus haut concernent le découplage entre l'axe IV -X  et les signes solsticiaux du cancer et du capricorne.

            En ce qui concerne le système dit des Maîtrises, il faut rappeler que les domiciles ont été dédoublés de façon à se passer des exaltations et couvrir les 12 signes. Mais l'on peut raisonnablement supposer que Jupiter n"avait initialement qu'un seul domicile, le sagittaire, ce qui ne le mettait pas en porte à faux avec l'exaltation de cette planète dans les poissons et Mercure n'avait, lui aussi, qu'un seul domicile, les Gémeaux, ce qui évitait le double emploi avec la  Vierge, son signe d'exaltation. On dira donc que le dédoublement des domiciles aura visé à intégrer partiellement les exaltations, au moins celles de Mercure et de Jupiter. Par la suite, il semble que l'on ait voulu maintenir parallèlement les exaltations, d'où la permutation malheureuse Vénus-Jupiter, attribuant à Jupiter un signe d'Eté, le cancer, et à Vénus un signe d'Hiver, les poissons!

               D'où les anomalies, signalées plus haut de Mars en bélier, signe de printemps, et de Vénus en balance, signe d'automne. Ce qui, par déduction, nous donne comme domiciles d'origine de Mars le scorpion et pour Vénus, le taureau.

            En ce qui concerne les exaltations des luminaires, nous avons proposé plus haut de les permuter. On notera que les aspects entre domicile et exaltation sont de carré pour soleil, lune, Mercure, Jupiter et Saturne (si on place son domicile en capricorne). En revanche, c'est le sextile qui est l'intervalle pour les deux positions de  Vénus et de Mars. Aucune planète n'a de trigone entre ses deux positions, ce qui justifie la permutation proposée pour les luminaires, le soleil étant dans le dispositif corrompu actuel en domicile en lion et en exaltation en bélier.

            On peut ainsi reconstituer  les deux dispositifs des maîtrises sous leur forme originelle:

 

Soleil  domicilié en lion, exalté en taureau (cf supra), soit un aspect de carré

Lune  . domiciliée en cancer, exaltée en bélier, soit un aspect de carré (en polarité avec Saturne)

Mercure, domicilié en gémeaux, exalté en vierge, soit un aspect de carré (en polarité avec Jupiter)

Vénus, domiciliée en taureau, exalté en cancer, soit un aspect de sextile (en polarité avec Mars)

Mars, domicilié en scorpion, exalté en capricorne, soit un aspect de sextile (en polarité avec Vénus)

Jupiter domicilié en sagittaire, exalté en poissons, soit un aspect de carré (en polarité avec Mercure)

Saturne domicilié en  capricorne, exalté en balance, soit un aspect de carré.(en polarité avec la Lune)

            Cette importance structurelle du carré  met en question le fait que cet aspect soit considéré comme dissonant, il semble au contraire qu'il soit assimilable au sextile (60°). A contrario, l'aspect de trigone est le grand perdant dans cette affaire tout comme d'ailleurs la théorie des Quatre Eléments qui était sous tendue par cet aspect et qui était le fondement de la théorie des Grandes Conjonctions Jupiter-Saturne.

 

 

           

JH

08. 09. 08

           

Jean-François Facccin

 

J'ai lu avec intérêt votre article. Une question pourtant, concernant les
saisons : Que faites-vous de l'hémisphère Sud où les saisons sont inversées
? Saturne agit en été au Brésil, en Australie ou en Afrique du Sud, preuve
que la base de la maîtrise de Saturne n'est pas saisonnière...

Cette notion de maîtrise se perd parce qu'on travaille plus avec comme on le
devrait. Le Soleil exalté dans le Taureau. Il est exalté dans la partie qui
chevauche la constellation du Bélier, le lieu d'exaltation du Soleil. Les
maîtrises sont plus flagrantes en sidéral, où de vieux aphorismes renaissent
soudain. Traîter des maîtrises sans tenir compte des termes, triplicités et
décans (en astrologie tropicale) est se priver d'informations capitales.

Il y a beaucoup à dire concernant les maîtrises, vous avez raison. Quant aux
éléments, cela aide à dégrossir l'analyse, mais pas à avancer l'essentiel
d'une personnalité. Il y a plus pertinent à dire. Vous avez aussi raison de
dire qu'il faut revoir la tradition, car à force de rester dans le passé, on
n'avance pas.


 

Mireille Petit:

 

Votre texte incite à la réflexion! Mais que dites- vous du fait que dans
une vision héliocentrique, le Soleil est quasi immobile et ce sont les
autres planètes y compris la Terre qui se déplacent, tandis que dans une
vision géocentrique, le Soleil se déplace et la terre est immobile ?
Cette duplicité du Soleil complique la question des maîtrises qui n'est
déjà pas simple.


JH

Mon travail consiste à restituer le système des Anciens et non à construire une théorie qui tiendrait compte de ne connaissances actuelles.

 

Philippe Regnicoli



Je réagis à nouveau à vos propos:

" A contrario, en Eté, l'homme n'a pas besoin de feu. C'est donc, selon
nous, un contresens de faire du lion un signe de feu: a-t-on d'ailleurs
jamais vu un lion aimer le feu, s'en servir, alors qu'il le craint?"

Il est faux de dire que l'homme n'a pas besoin du feu en été. Le feu ne sert
pas seulement à se réchauffer, ce serait réducteur de le penser. Le feu sert
à préparer les aliments, à éclairer, à transformer la matière (et plus
précisément à la façonner) et à bien d'autres usages primitifs (cautériser
une plaie, se protéger des animaux, enfumer un terrier, etc.).

On pourra d'ailleurs remarquer que le feu peut au plus simplement être vu
comme la maîtrise de la lumière et, de façon plus sociologique, comme un
symbole de pouvoir et de respect puisque le détenteur/créateur/protecteur du
feu bénéficie d'un réel pouvoir tribal.

Que ce soit par son symbole de lumière, de travail de la matière ou de
protection (les 3 principaux usages du feu primitif), le feu est
parfaitement représentatif du signe du Lion. Il est de plus un peu bizarre
de justifier votre propos en disant " a-t-on d'ailleurs jamais vu un lion
aimer le feu, s'en servir, alors qu'il le craint?", la métaphore semble
facile puisque l'on peut avec ce type de rapprochement dire tout et
n'importe quoi (par exemple que les natifs du lion attendent que leur
compagne travaille (chasse) pour eux, ce qui est vrai dans la nature par
rapport à l'animal mais ce qui est faux chez l'être humain par rapport au
signe). L'astrologie repose certes sur l'analogie, encore faut-il que le
rapport d'analogie reste anthropomorphique. Dans le cas contraire, que dire
de la Balance? Qu'elle est métallique?

Par ailleurs, vous dites " En revanche, en Eté, on prend l'air. On suggérera
donc de considérer les signes de Saturne comme de feu et celui du soleil,
comme d'air."

La justification de l'élément AIR pour le Lion est donc qu'en "été, on prend
l'air"??? C'est un peu court comme démonstration.

"On pourrait même dire que Pluton aurait du être le nom de la planète
Saturne et l'on voit mal pourquoi ce dieu a tant attendu (jusque dans les
années Trente du XXe siècle) pour entrer dans les textes astrologiques."

C'est imputable à sa nature même: Pluton est un dieu souterrain qui s'est
longuement caché et se cache à nouveau après une brève apparition puisqu'il
a été déclassé en tant que planète ("détrôner") il y a peu.




Réponse de JH   à Philippe Regnicoli

 

 

L'on connait l'argumentation habituelle en faveur du feu comme Elément de l'Eté et singulièrement du Lion, signe fixe placé au centre de la dite saison.

Vous relevez ma question "a-t-on jamais vu un lion se servir de feu?"  C'est que pour moi le feu doit se replacer dans l'Histoire de l'Humanité (cf La Guerre du feu, le film de J. J. Annaud). Ce n'est en fait que par extrapolation que l'on aurait jugé bon de plaquer les 4 Eléments sur l'Astrologie. C'est en examinant les Livres d'Heures que j'ai pu observer la place du feu pour les mois d'hiver. Je n'ai rien inventé. De même que force est de constater qu'en Eté, on a droit à des scènes d'extérieur. L'Hiver, c'est l'intérieur, le souterrain. L'Eté, c'est l'extérieur, ce qui est en surface. A vrai dire, le lion n'a rien à voir avec un tel paysage rustique et les Livres d'Heure n'accordent d'importance qu'aux humains et aux animaux domestiques. Les 4 animaux sont étrangers au Zodiaque saisonnier ou si l'on préfère ils le précédent, étant en rapport avec les 4 étoiles fixes royales.

Il n'est nullement certain d'ailleurs que la théorie des domiciles ait quoi que ce soit à voir avec la symbolique zodiacale, ce sont des plans totalement différents. Cette théorie peut se contenter d'une division en deux ensembles de six secteurs, quel que soit le nom qui leur est attribué. 

On notera d'ailleurs que les Dignités divisent le zodiaque en deux plans de six signes et non en quatre parties. D'une part, les planètes rapides, luminaires compris,  de l'autre les planètes lentes, c'est à dire plus lentes que le soleil (c'est à dire la révolution de la Terre)

On est donc dans le Deux et non dans le Quatre. D'où l'intérêt de la dialectique soleil-feu et Cérés/Proserpine /Pluton. Le nom même des planètes fait problème et l'on peut en effet rebaptiser Saturne Pluton, d'autant que le nom est à nouveau, en quelque sorte, disponible, depuis la disqualification de la planète portant ce nom et complètement inconnue des Anciens. Tout comme l'on pourrait rebaptiser le soleil  Cérès ou Proserpine car toute l'"agriculture dépend du Soleil. (et d'ailleurs aussi de la Lune).

En ce qui concerne le zodiaque, de deux choses l'une : ou bien on en reste à un zodiaque réduit aux 4 étoiles fixes royales ou bien on adopte un zodiaque lié aux saisons et dont il faudrait alors éliminer les signes fixes en les remplaçant par d'autres images figurant dans les livres d'heures : on pense notamment au porc - présent dans le zodiaque chinois et qui pourrait remplacer le scorpion, puisque c'est à l'automne que l'on "tue le cochon".  En revanche, le verseau convient bien  aux mois d'hiver, puisqu'il fait allusion au repas pris au coin du feu, le verseau est l'échanson, celui qui verse de l'eau  ou tout autre liquide ( voir  http://fr.wikipedia.org/wiki/Image:Les_Tr%C3%A8s_Riches_Heures_du_duc_de_Berry_Janvier.jpg). Là encore, il ne faudrait pas se tromper: ce n'est pas parce qu'il pleut l'hiver que l'on a le verseau mais parce que l'on se met à table!!!! (sur le feu en février,  voir  http://www.geocities.com/Vienna/Strasse/3356/fevrier2.htm) Le taureau ne fait pas non plus problème dans l'univers rural.  Encore, une fois, le lion ne correspond, en revanche, pas du tout à un tel contexte.

Ajoutons au crédit de cette référence aux Livres d'Heures, le cas des Gémeaux qui sont en réalité un couple et correspond à la période où l'on se mariait. Le lien avec l'arcane L'Amoureux est assez patent( cf .http://www.christusrex.org/www2/berry/f4v.html).  On voit ici que la symbolique des Gémeaux n'a strictement rien à voir avec celle de Mercure et que c'est une valeur typiquement vénusienne. Il faut bel et bien renoncer à recourir à la symbolique zodiacale quand on aborde la question des Dignités planétaires. Quant au bélier, il  ne joue de rôle central qu'en Eté (voir le même document) et ne correspond pas au printemps. On le tond l'Eté car autrement il prendrait froid....

Vous m'objecterez qu'une telle confusion est troublante. Je vous répondrai que le zodiaque est un ensemble des plus syncrétiques, comportant diverses strates et qu'il est plus l'oeuvre d'astronomes que d'astrologues, c'est à dire de gens qui cherchent simplement à désigner et non à signifier.

 

accueil