Encyclopaedia Astrologica

 

 

 

 

 Réhabilitation  et réintégration de l'astrologie au plus haut degré

 

 

 

 

par  Jacques Halbronn

 

 

            André Barbault parle, dans un texte récent, sur son site,  d'une réhabilitation de l'Astrologie mais quels sont les vrais enjeux d'une telle réhabilitation?

            Nous répondrons à cette question en nous servant du langage même de l'astro-mythologie qui divise le monde en deux catégories :

les dieux liés aux planètes "intérieures" et les dieux liés aux planètes "extérieures".

            Les dieux du premier groupe sont  des dieux de la vie civile (notamment Mercure et Vénus), les dieux du second groupe sont des dieux correspondant à la caste chargée d'instaurer et de veiller sur l'ordre de la Cité (cf. nos textes à ce sujet, sur Grande Conjonction), notamment Mars et Jupiter

            Depuis des siècles, l'astrologie est cantonnée  à l'espace "intérieur", celui du citoyen moyen, qui fait et dit ce qu'il veut mais qui n'a aucune autorité au niveau "public" si ce n'est quantitativement. Il peut y avoir des millions de gens qui croient en l'astrologie, cela ne fait pas le poids avec l'établissement officiel, aussi restreint numériquement soit-il.

            Il fut un temps où l'astrologie avait sa place dans  l'espace "extérieur", celui des preneurs de décision, de ceux qui fixaient les lois et imposaient les contraintes nécessaires pour récolter les impôts et faire respecter l'ordre public. Entre le mercurien du café du commerce (du nom de Mercure, qui a aussi donné mercantile) et le juge qui rend son verdict il y a un fossé. Et l'on pourrait en dire autant de Vénus : tout le monde peut faire l'amour mais l'usage de la force est  contrôle et puni.

            Le problème de l'astrologie mais qui fait aussi son attraction auprès bien des astrologues, c'est qu'il ne porte pas à conséquence: un chirurgien (Mars) rate une opération, c'est plus grave qu'une consultation dont le client ne serait pas content.... On nous dit qu'autrefois l'astrologue était gravement châtié, voire mis à mort, s'il échouait dans ses prévisions/prédictions. On n'en est plus là. Mais cette indifférence à ce que l'astrologue peut dire  (Mercure) tient à sa marginalisation par rapport au monde des gardiens de l'ordre, de la chose publique (république)

            Ainsi, réhabiliter l'astrologie, à nos yeux, consisterait à refaire basculer l'astrologie de la sphère privée, individuelle  à la sphère officielle, faisant loi.(Jupiter)

            L'on voit que le vrai débat concernant l' Histoire de l'Astrologie ne se réduit pas à son statut scientifique encore que tout soit lié: Saturne fait partie des planètes extérieures aux côtés de Mars et de Jupiter-dans le cadre du septénaire.  En perdant son crédit scientifique, l'astrologie perdait aussi son crédit politique et inversement, c'est en partie la perte de sa conformité aux intérêts du politique qui aura conduit, en partie au moins, à son éviction des cénacles académiques.

            Il n'y aura donc pas de vraie réhabilitation de l'astrologie sans qu'elle soit réintégrée dans un statut saturno-jupitérien, et qu'elle puisse notamment jouer un rôle dans la fixation de  la date des élections au lieu de se contenter, comme c'est le cas actuellement d'essayer de prévoir qui va gagner à des dates qu'elle n'a pas déterminées et sur lesquelles on ne l'a pas consultée.

            Il est clair que l'astrologie mondiale, l'astrologie des Grands, des Princes, va dans le sens d'une réhabilitation de l'Astrologie mais cela exige un toilettage, une transparence de ses cycles, de ses catégories, qui fasse sens pour les sciences sociales, qui ne s'appuie pas sur une myriade de consultations en cabinet ou de thèmes par ordinateur.

            Il n'est vraiment pas certain que la majorité des  astrologues soient prêts pour payer le prix d'une telle réhabilitation qui ferait  à terme sortir l'astrologie de la sphère des particuliers.  C'est alors que l'on pourrait parler d'astromancie- comme le propose la pétition initiée par la FDAF - pour désigner une astrologie déchue, ayant dérogé, la "vraie " astrologie, digne de ce nom, étant celle qui s'est réconciliée avec le Pouvoir, qui sera passée de Mercure  à Jupiter.

            Ajoutons une autre condition à cette réhabilitation : il faut que l'astrologie reconnaisse ce qu'elle doit au Pouvoir quant à sa genèse même, qu'elle admette qu'elle est fille de la Loi, de Jupiter et qu'elle cesse de se présenter comme étant la description de l'influence de planètes dont on ignorait en partie jusqu'à l'existence, il y a encore 2 siècles et demi. En persistant à affirmer que l'astrologie ne doit rien au monde juridique et aux contraintes qui en découlent, elle se met en porte à faux et en conflit.

            Il faut comprendre en effet que le monde de Vénus et de Mercure, c'est aussi celui du soleil et de la lune, les deux autres astres "intérieurs", c'est à dire dont le temps nécessaire pour faire un tour du zodiaque est inférieur ou égal à une année. Chacun sait que l'influence des luminaires est bien plus flagrante que celle des planètes proprement dites. En revanche, pour ce qui est des planètes et notamment de celles qui ne doivent rien au soleil (rappelons que Mercure et Vénus ne s'éloignent guère du soleil et ont une révolution zodiacale qui s'aligne sur celle du soleil), leur impact sur l'Humanité  a exigé un processus beaucoup plus complexe dont le mérite revient aux Hommes, ce que nous n'avons cessé de signaler depuis plus de vingt ans. La réconciliation et donc la réhabilitation de l'astrologie passe aussi par le passage d'une astrologie soli-lunaire qui ne doit rien pour exister au monde Mars-Jupiter à une astrologie saturnienne qui n'a pu se mettre en place qu'en raison de considérations juridiques, les configurations choisies permettant  de vivre selon une temporalité sensiblement plus longue qui est, comme par hasard, revendiquée par tous les responsables politiques, chargés de mandats pluriannuels alors que la temporalité soli-lunaire est bien plus brève, ce qui correspond d'ailleurs à une autre demande d'astrologie, quasiment au jour le jour dont il conviendrait de se distancier.     

 

 

 

JH

21. 10.08

 

 

accueil