Encyclopaedia Astrologica

 

 

 

 

Les "bonnes"  règles de la dualité  en  astrologie : de la théorie à la pratique

 

par Jacques Halbronn

 

 

                        Il circule et cohabite en astrologie toutes sortes de divisions et subdivisions qui nous font penser aux péages sous l'Ancien Régime. C'est ainsi qu'on ne passe pas aisément du bélier au taureau, pourtant  limitrophes ni de Jupiter à Saturne, planètes pourtant qui se suivent dans le système solaire. Tout cela aboutit à un saucissonnage que nous voudrions ici dénoncer car il nuit à l'image et à la cohérence  de l'Astrologie.

                        La plupart des astrologues que nous entendons, soit en interview, soit dans des réunions comme celles animées par Didier Geslain ou Catherine Gestas, à Paris, en ce moment,  semblent convaincus de l'existence d'une sorte de binarité qui  crée finalement de la discontinuité au sein même d'ensembles dont on pourrait penser qu'ils impliquent au contraire une certaine continuité, une véritable homogénéité. 

                        C'est ainsi que des notions aussi basiques comme celles des saisons ou celles de planètes "intérieures" et "extérieures" nous semblent avoir laissé la place à d'autres notions dont les fondements objectifs , scientifiques,  sont beaucoup plus douteux comme celle de signes zodiacaux (bélier, taureau etc) ou  d'Eléments (Feu, Terre etc)  ou de couples planétaires du type Jupiter-Saturne, ou de domiciles et exaltations  sans parler du distinguo qui ferait passer une frontière entre Saturne et Uranus.  Il est grand temps de reprendre cette question à laquelle un  Jean-Pierre Nicola se confronta il y a plus de quarante ans.

                        Le dispositif des domiciles des planètes exposé dans la Tétrabible de Ptolémée peut nous servir de point de départ : on observe que les planètes "intérieures", c'est  à dire dont le temps de traversée du zodiaque est inférieur ou égal à un an, correspondent aux "bonnes"  saisons, celles où le Soleil est puissant, où le jour est plus long que la nuit, sauf évidemment sur la ligne équinoxiale, alors que les planètes "extérieures", celles dont le temps de traversée est supérieur à un an, correspondent aux "mauvaises" saisons, celles où le Soleil est "en exil", terme précisément utilisé dans le système des Dignités, à l'opposé de la position en domicile. On note aussi que l'axe solsticial ne joue pas de rôle central si ce n'est d'axe de symétrie puisque les planètes "internes" se répartissent indifféremment d'un côté ou/et de l'autre du dit axe, lequel d'ailleurs est faussé, puisque l'axe proposé dans la Tétrabible autour des luminaires au lieu de passer entre les Gémeaux et le Cancer passe entre le Cancer et le Lion, ce qui ne correspond à rien d'objectif", soit les deux premiers signes de l'Eté! On aurait pu au moins, ne serait-ce que pour marquer la dualité soleil lune, les attribuer en domicile  à des saisons différentes, séparées par le solstice d'Eté. A partir de là, d'ailleurs, tout est décalé d'un cran avec les conséquences que nous avons déjà signalées par ailleurs (sur Grande Conjonction).

            Toujours est-il que nous sommes là, dans les grandes lignes,  face à un dispositif important qui met en corrélation deux ensembles:

ensemble des planètes intérieures et ensemble des saisons "diurnes" -domination du jour -  d'une part

et

ensemble des planètes  extérieures et ensemble des saisons "nocturnes"-domination de la nuit- de l'autre.

            Or, à partir du moment où l'on plaque sur cette structure, toutes sortes de classifications et de répartitions, la dite structure s'estompe. Si la division en signes cardinaux, fixes mutables s'inscrit sans difficulté au sein de chaque saison, tous les signes cardinaux commençant avec les axes équinoxiaux ou solsticiaux, en revanche, la répartition en signes masculins et féminin, en signes de feu, de terre, d’air et d'eau  ne respecte aucunement le découpage saisonnier! Or, cette double répartition va lourdement -  et bien  fâcheusement - peser sur la typologie astro-psychologique en ce qu'elle introduit la zizanie au sein des ensembles décrits plus haut.

            Dès lors, en effet, le bélier s'opposera au taureau, l'un étant masculin, l'autre féminin, l'un étant signe de feu, l'autre de terre et ainsi de suite. Cela fait penser à une guerre de religion où à toute autre division sociale qui introduit des clivages au sein d'une famille, d'une région, d'un même pays....

            C'est ainsi que sur trois signes d'une même saison,  l'on aura tantôt deux signes masculins (Air ou Feu) et un signe féminin (terre-eau) pour le printemps et l'automne), soit l'inverse (Eté, Hiver), c'est ainsi que chaque fois un Elément sur quatre manquera pour une saison. Les Quatre Eléments se greffent ainsi sur la division signes masculins (positifs) et féminins (négatifs) et c'est ce dispositif qui aura fini par l'emporter dans l'esprit de beaucoup d'astrologues face au dispositifs Saisons-planétes intérieures/extérieures.

            Mais quid de la répartition des planètes? Là encore, au lieu de s'en tenir à la polarité spatio-temporelle de l'intérieur et de l'extérieur de l'orbite de la Terre,  Mercure face à Jupiter, par exemple, on va proposer un couple Jupiter Saturne, alors qu'il s'agit de planètes du même groupe des planètes "extérieures"! Les glyphes inversés de ces deux astres montre bien qu'on les oppose, tout comme il est dit que Jupiter est une "bonne" planète, dite bénéfique et Saturne une "mauvaise" planète, dite maléfique. Il s'agit là en fait d'une grille parallèle à celle du zodiaque, selon laquelle la série des planètes est ainsi répartie par couples: soleil-lune, mars-Vénus, Jupiter-Saturne voire Uranus-Neptune - autant de volumes collectifs publiés, dans les années Cinquante,  par le CIA (Centre International d'Astrologie), sous la direction d'André Barbault et réédités depuis. On notera que Mercure est placé, du fait du jeu des chaises musicales,  à part alors que dans le dispositif des domiciles, il fait couple avec Jupiter, ce qui va en faire une planète "neutre". Si, par hasard, l'opposition fonctionne pour Vénus et Mars, l'une planète intérieure, l'autre extérieure, cela ne fonctionne ni pour les luminaires, ni pour Jupiter et Saturne. Rappelons que dans le dispositif des domiciles,  Jupiter et Saturne ne forment pas de couples en dominant des signes opposés.

            On aura compris que tout se passe comme si l'on avait substitué à une première grille une seconde grille, fondée sur des critères purement numériques et géométriques (trigone, hexagone) sans rapport avec la réalité des saisons ni de durées de révolution.

            Ce que nous proposons est d'évacuer totalement cette nouvelle grille, donc  de ne plus parler ni de signes de même Elément, en dehors du cadre saisonnier où chaque saison peut en effet correspondre à une saison, ni de couples planétaires, ni de bonnes et mauvaises planètes  au  sein d'un même ensemble de planètes, ni de signes masculins et féminins au sein d'une même saison.

            Cela ne nous gène pas que l'on parle de planètes "maléfiques " - nous préférons 'dures" -  pour désigner  le trio Mars, Jupiter, Saturne et de planètes "bénéfiques" -nous préférons "douces"- pour désigner le quatuor Soleil-Lune, Mercure- Vénus.. Par conséquent, c'est  à nos yeux un total contresens de faire de Jupiter un "Grand Bénéfique" en accord avec Vénus, "petit bénéfique" -selon un système que l'on peut reconstituer:

Alignons les planètes dans leur succession astronomique, de Vénus à Saturne et sans tenir aucunement compte de la Terre  qui sépare Vénus de Mars:

Vénus (bénéfique) -Mars (maléfique) -Jupiter (bénéfique)-Saturne (maléfique). Au lieu d'avoir les bénéfiques d'un côté de la Terre et les maléfiques de l'autre, on a Jupiter .... bénéfique entre Mars et Saturne tout comme, sur un autre plan, on a  le taureau, signe féminin entouré de deux signes masculins au printemps et tout à l'avenant!

            Il convient d'attribuer un Elément à chaque Saison et le même pour les 3 signes d'une même saison, ainsi qu'une même valeur aux planètes d'un même groupe. De même, il n'est pas admissible que l'on place l'exaltation de Jupiter en cancer, signe d'Eté alors que Jupiter a ses domiciles dans des signes d'automne (sagittaire) et d'hiver (poissons) pas plus qu'il ne l'est d'attribuer les deux domiciles d'une planète  à des saisons opposées, comme c'est le cas tant pour Mars (bélier, scorpion)  que pour Vénus. (taureau, balance) . Il n'est d'ailleurs pas concevable qu'une même saison  accueille favorablement  aussi bien une planète "maléfique" comme Mars et une planète "bénéfique" comme Vénus. Idem dans le cas de Jupiter, bénéfique  et Saturne, maléfique,  au sein du groupe automne/hiver!  On a vu plus haut que cela tenait au décalage d'un cran de l'axe de symétrie, qui a fait basculer Mars de l'autre côté de la ligne équinoxiale  tout comme, en face, Vénus.

            On nous objectera qu'avec nos propositions, nous ne parvenons plus à différencier les facteurs appartenant à un même ensemble, comme si le nom du signe ou le nom de la planète n'y suffisait pas! Or, si l'on prend le cas de Jupiter, dieu du tonnerre, maître de l'Olympe, croit-on qu'il s'agit d'un "enfant de choeur"? Qui ne sait à quel point la collusion est grande entre les gouvernements et les armées et quel pouvoir politique peut se maintenir sans un monopole de la violence? Pourquoi vouloir différencier à tout prix le bélier du taureau comme on le fait actuellement? Il est clair que la division en saisons est bien plus déterminante que la subdivision en trois de la dite saison.

             Il en est d'ailleurs de même pour les maisons astrologiques que l'on a au départ réparties en deux ensembles séparés par l'horizon beaucoup plus que par le méridien. Le deux, en fait, prime sur le quatre et plutôt que de distinguer entre printemps et Eté ou entre automne et Hiver, il nous semble préférable de nous en tenir à deux ensembles de deux saisons et de six signes, ce qui relativise aussi la division en cardinaux, fixes et mutables.

            Que l'on étudie déjà, si on le souhaite, comment les planètes d'un thème se répartissent entre les deux ensembles saisonniers, que l'on étudie le nombre de planètes intérieures et extérieures  placées dans les saisons qui leur correspondent  respectivement.  Perdons cette manie de vouloir couper les cheveux en quatre et pensons plutôt en termes de "blocs" s'ajustant plus ou moins bien:

bloc des signes "diurnes" (printemps Eté) et  le bloc des signes "nocturnes (automne, hiver)

bloc des planètes "internes" (luminaires, mercure, vénus) et bloc des planètes "externes (Mars, Jupiter, Saturne)

            Oublions donc la division en 12 signes qui conduit à affirmer un changement radical de tonalité, tous les 30° et  non tous les 90°, la division en bonnes et mauvaises planètes qui place Jupiter en porte à faux par rapport à ses deux voisins alors qu'ils partagent le même statut  de distance et de vitesse. Pour le monde scientifique, une telle présentation nous semble infiniment plus présentable : on peut en effet admettre, à la rigueur, que les planètes rapides aient une "influence" globalement différente des planètes lentes, que les signes des bonnes saisons agissent globalement  autrement que les signes de mauvaises saisons. Il ne faut pas aller plus vite que la musique!

            Ce toilettage que nous proposons , nous en sommes persuadés, mérite d'être testé et nul doute qu'il ne permette de développer une nouvelle pratique astrologique "sérieuse" se démarquant définitivement de l'astrologie des 12 signes des journaux, la division en 12 étant liée aux mois, aux rencontres soleil-lune mais cette division en 12 est très ancienne et a été remplacée par d'autres, tout comme le calendrier lunaire l'a été par le calendrier soli-lunaire, qui fait primer la question des  saisons, ne serait-ce que par l'introduction d'un mois supplémentaire (chez les Juifs)  ou d'années bissextiles.

            Il semble qu'à un stade relativement tardif, d'aucuns aient voulu englober le 12 au sein de l'astrologie en plaquant  l'hexagone des signes masculins et  féminins et le trigone/triangle des signes liés aux Quatre Eléments tout comme l'on aura  tenté d'assigner une planète à chaque signe, par le dispositif des doubles domiciles, alors que les exaltations, plus anciennement attestées,  se contentent d'être reliées à 7 signes. C'est d'ailleurs les tentatives d'intégration au sein d'un même ensemble des doubles domiciles et des exaltations qui aura abouti à attribuer Jupiter au Cancer (Eté)  et Vénus aux Poissons (Hiver) comme nous l'avons expliqué ailleurs.

            En ce qui concerne l'interprétation de ces quatre blocs que nous avons retenus, elle ne pose pas de problèmes bien compliqués : les mauvaises saisons correspondent aux planètes"dures" et les bonnes saisons aux planètes 'douces". On peut assez aisément en tirer une typologie psychologique avec un certain nombre de modulations tenant compte de la présence des planètes, dans un thème, dans les saisons qui leur correspondent ou non.  Il est clair que les gens nés avec le soleil dans les "mauvaises saisons" auront, selon cette logique, quelques problèmes tout comme ceux qui naissent avec Mars, Jupiter ou Saturne dans les "bonnes saisons".... Mais l'on  peut faire confiance aux astrologues pour mettre en pratique une telle astrologie épurée. Nous ajouterons cependant que les valeurs nocturnes (saisons)  et dures (planètes) correspondent à un monde marqué par la Loi Humaine tandis que l'autre registre de valeurs est marqué par la Loi Naturelle - on aura noté le même mot "loi" utilisé dans les deux as. La nuit et l'hiver, nos libertés de mouvement sont beaucoup plus circonscrites, le SDF -sans "abri" -  se remarque surtout la nuit et l’hiver, alors que le jour et l'Eté,  une force supérieure à l'Homme et chacun vit à sa guise, un peu comme une cigale, avec une certaine insouciance et imprévoyance. Il s'agit là d'une sagesse bien ancienne mais qui reste valable à condition de ne pas confondre le monde de Pluton et celui de Proserpine, le feu et le soleil.... A ce propos, il est assez évident que le feu est par excellence un Elément des mauvaises saisons et  non pas l'Elément de l'Eté!  

            Quant à la question des planètes au delà du septénaire, on notera que les attributions aux signes méritent quelques commentaires.  Il est heureux que ces planètes encore plus lentes soient domiciles dans les saisons "nocturnes" donc aux  côtés du premier groupe "lent". En revanche, il serait absurde que les planètes les plus lentes soient associées aux signes dominés par les planètes les plus rapides. Il n'est pas acceptable que l'on attribue Pluton au Bélier, par exemple ou Neptune en exaltation  au Lion, signe d'Eté!  En revanche, Uranus convient, en exaltation,  au scorpion, signe d'automne. Il est plus raisonnable de ne pas placer de planètes transsaturniennes en rapport avec les  signes "diurnes".

            Une raison supplémentaire pour abandonner les signes zodiacaux tient à la grande confusion de leur dénomination (voir nos textes sur ce sujet sur Grande Conjonction), un des signes les plus connus en astrologie, à savoir le lion se trouvant en porte à faux par rapport à une imagerie des travaux et des jours, de la vie quotidienne telle qu'elle est décrite dans les Très Riches Heures du Duc de Berry. Nous avons ainsi  montré que l'aigle est à assimiler au faucon dont on se servait pour la chasse. Le zodiaque n'a pas à comporter d'animaux non domestiqués et le scorpion, notamment, n'a rien à y faire, sans parler des rapports souvent aberrants avec les quatre Eléments.

            En ce moment où les astrologues cherchent à se démarquer les uns des autres (voir la pétition de la FDAF), on peut se demander s'ils ne devraient pas commencer à se distinguer entre ceux qui appliquent une tradition corrompue et frelatée et ceux qui adoptent, notamment dans leur enseignement-et selon nous il n'y a pas de consultation sans un minimum d'enseignement - des notions bien définies comme celles que nous proposons dans le cadre du Manuel Officiel d'Astrologie, préconisé par la Haute Autorité de la Pédagogie Astrologique.

 

 

 

 

 

 

 

 

JH

20. 10. 08

 

 

accueil